enjouement


enjouement

enjouement [ ɑ̃ʒumɑ̃ ] n. m.
• 1659; de enjoué
Disposition à la bonne humeur, à une gaieté aimable et souriante. alacrité, entrain, gaieté. L'enjouement d'un enfant. « Cet enjouement qui répand un coloris d'aménité sur les vertus » (Diderot). « C'est là sans doute qu'il [Scarron] puisa cette liberté de badinage, cette heureuse facilité de plaisanterie, cet enjouement » (Gautier). ⊗ CONTR. Austérité, gravité, sérieux.

enjouement nom masculin (de enjoué) Disposition à une gaieté aimable, à la bonne humeur ; entrain. ● enjouement (difficultés) nom masculin (de enjoué) Orthographe S'écrit avec un e muet intérieur. Remarque Enjouement correspond à enjouer, verbe du 1er.groupe (aujourd'hui inusité sauf au participe passé), comme aboiement correspond à aboyer. → aboiementenjouement (synonymes) nom masculin (de enjoué) Disposition à une gaieté aimable, à la bonne humeur ; entrain.
Synonymes :
- allégresse
- jovialité

enjouement
n. m. Litt. Gaieté aimable, bonne humeur. Elle répondit avec enjouement. Syn. entrain. Ant. gravité, austérité.

⇒ENJOUEMENT, subst. masc.
Disposition à la bonne humeur, à la gaieté, au badinage souriant. Aimable enjouement. Elle a de l'enjouement et point de licence (ADAM, Enf. Aust., 1902, p. 402) :
Il ne pouvait pas exister, pensait-il, une seconde créature plus belle, aux enjouements plus adorables, aux sourires plus attirants, aux abandons plus passionnés et plus chastes.
REIDER, Mlle Vallantin, 1862, p. 208.
Prononc. et Orth. :[]. Ds Ac. 1798-1932. Ac. 1878 admet en outre, conformément à la prononc. enjoûment, l'accent circonflexe marquant la disparition de e intérieur. Étymol. et Hist. 1659 (SCARRON, Lettres ds Œuvres, [éd. 1786], t. I, p. 211). Dér. du rad. de enjoué; suff. -(e)ment1. Fréq. abs. littér. :193.

enjouement [ɑ̃ʒumɑ̃] n. m.
ÉTYM. 1659; de enjoué.
(Style soutenu). Disposition, tendance à la bonne humeur, à une gaieté aimable, douce, souriante. Alacrité, entrain, gaieté. || Un enjouement de bonne compagnie (→ Apporter, cit. 25). || L'enjouement de l'enfance. || Enjouement d'un esprit léger et charmant. || Enjouement du style. || Enjouement badin. Badinage.
1 Enjouement. Caractère d'esprit qui fait qu'on est de bonne compagnie, et qu'on satisfait autant ceux avec qui l'on se trouve que soi-même. C'est l'opposé du sérieux.
Dict. de Trévoux, éd. 1771.
2 Les plus mélancoliques sont capables de joie pour quelque événement heureux; mais peu de personnes sont capables d'enjouement.
Mlle de Scudéry, in Dict. de Trévoux.
3 Je vois bien que vous voulez attraper ce genre d'écrire (des Provinciales) : l'enjouement de M. Pascal a plus servi à votre parti que tout le sérieux de M. Arnauld. Mais cet enjouement n'est point du tout votre caractère : vous retombez dans les froides plaisanteries des Enluminures.
Racine, Lettre à l'auteur des Imaginaires.
4 Quoique mélancolique et méditatif, Platon avait cependant de la douceur et une sorte d'enjouement, et il se plaisait à faire de petites railleries innocentes.
Fénelon, cité par Lafaye, p. 627.
5 Né avec cet enjouement qui répand un coloris de finesse sur la raison, et d'aménité sur les vertus.
Diderot, À mon frère.
6 C'est là qu'avec grâce on allie
Le vrai savoir à l'enjouement,
Et la justesse à la saillie (…)
Voltaire, Temple du goût.
7 (…) ces lettres charmantes qui ouvrent le recueil de toutes celles de madame de Sévigné, et où elle nous montre si vivement son enjouement d'esprit jusque dans les plus grandes angoisses de son cœur.
Sainte-Beuve, Causeries du lundi, 12 janv. 1852, t. V, p. 306.
8 (…) c'est là sans doute (dans le monde) qu'il (Scarron) puisa cette liberté de badinage, cette heureuse facilité de plaisanterie, cet enjouement qui, s'il n'est pas toujours de bon goût, au moins n'est jamais forcé, et fait naître le sourire sur les lèvres les plus rebelles à la gaieté.
Th. Gautier, les Grotesques, p. 343.
9 (…) Alphonse Daudet avait, durant les dernières années de sa vie, un grand mérite à prodiguer tant d'esprit, d'enjouement, de bonne grâce et de bonne humeur.
Georges Lecomte, Ma traversée, p. 281.
Rare. (Un, des enjouements). Acte, comportement enjoué.
CONTR. Austérité, gravité, maussaderie, sérieux, sévérité, tristesse.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • enjouement — ENJOUEMENT. s. m. (On pron. Enjoûment.) Gaieté douce, badinage léger. Il est aujourd hui d un enjouement qui ne lui est pas ordinaire. Cette personne a beaucoup d enjouement. Il n y a pas assez d enjouement, il y a trop d enjouement dans cette… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • enjouement — Enjouement. s. m. La gayeté de la chose, ou la personne qui est enjouée. Un enjouement d enfant. il fait cela dans son enjouement. un enjouement extraordinaire. il n y a pas assez d enjouement, trop d enjouement dans cette piece. il y a des… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • enjouement — (an jou man) s. m. Gaieté qui semble se jouer. Avoir de l enjouement dans l esprit. •   Cet inépuisable enjouement Qui d un chagrin trop juste a de quoi vous défendre, CORN. Agés. II, 8. •   Mme Scarron dit qu elle ne peut se résoudre à vous… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • ENJOUEMENT — s. m. (On prononce Gaieté douce, badinage léger. Il est aujourd hui d un enjouement qui ne lui est pas ordinaire. Cette personne a beaucoup d enjouement. Il y a de l enjouement dans cette pièce. L enjouement ne sied pas à tous les âges, ni à tous …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • ENJOUEMENT — n. m. Gaieté douce, badinage léger. Il affecte un enjouement qui ne lui est pas ordinaire. L’enjouement ne sied pas à tous les âges, ni à tous les caractères …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • enjoué — enjoué, ée [ ɑ̃ʒwe ] adj. • XIIIe; de en et jeu ♦ Qui a ou marque de l enjouement. ⇒ aimable, 1. badin, gai. Un enfant enjoué. « C est un caractère enjoué, qui me paraît plein de bonne humeur » (Fromentin). « Une voix presque enjouée » ( Duhamel) …   Encyclopédie Universelle

  • alacrité — [ alakrite ] n. f. • 1495; lat. alacritas ♦ Rare Enjouement, entrain. ● alacrité nom féminin (latin alacritas, vivacité) Littéraire. Gaieté vive, entraînante. ● alacrité (synonymes) nom féminin (latin alacritas …   Encyclopédie Universelle

  • badinage — [ badinaʒ ] n. m. • 1663; « sottise » 1541; de 1. badin ♦ Action de badiner. ⇒ amusement , badinerie, jeu, plaisanterie. « Sur un ton de badinage et de raillerie » (G. Lecomte). ⊗ CONTR. Gravité, sérieux. ● badinage nom masculin Action de badiner …   Encyclopédie Universelle

  • badiner — [ badine ] v. intr. <conjug. : 1> • 1549; de 1. badin ♦ Plaisanter avec enjouement et légèreté. ⇒ s amuser, jouer, plaisanter. Je le dis pour badiner. C est un homme qui ne badine pas, sévère. Ne pas badiner avec (une chose abstraite)… …   Encyclopédie Universelle

  • gaieté — [ gete ] n. f. VAR. gaîté • 1160 ; de gai 1 ♦ État ou disposition d une personne animée par le plaisir de vivre, une humeur riante. ⇒ alacrité, allégresse, enjouement, entrain, hilarité, joie, jovialité, jubilation, vivacité. Franche gaieté. «… …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.